• C'est décidé, une calopsitte (ou plusieurs) va arriver à la maison, vous l'avez choisi, une date est décidée, reste à s'arranger pour qu'elle dispose de tout le confort nécessaire pour un début :

    - une cage suffisamment spacieuse
    - des perchoirs en quantité suffisante (mais pas plus que prévu par le fabriquant)
    - au moins une mangeoire avec des graines (mélange spéciale grandes perruches)
    - un abreuvoir avec de l'eau fraîche
    - des jouets basiques pas trop encombrant comme les classiques clochette/miroir (des jouets trop gros peuvent l'effrayer)
    - un loquet sur la porte (pour ne pas qu'elle l'ouvre, et mieux vaut verrouiller de la même façon les portes ne servant pas)

    Il va falloir lui laisser un peu de temps pour se remettre du stress du voyage, de la séparation avec ses paires, et qu'elle s'adapte à son nouvel environnement.

    Note :
    - si vous avez d'autres oiseaux, mieux vaut qu'elle soit en quarantaine dans une autre pièce, pour éviter de possibles contaminations.
    - prenez le temps de lire toutes les étapes avant de passer à la deuxième, car selon vos choix,vous ne les ferez pas forcément dans l'ordre indiqué.

    Les premiers jours, vous allez lui apporter les soins quotidiens, changer ses graines et son eau, ce qui risque au début de la mettre dans tout ses états. Il vous faudra être bref, régulier et rassurant, pour que petit à petit, elle verra qu'il n'y a rien de dangereux à ça. Elle se réfugiera sûrement en hauteur, ou le plus loin possible de la main entrant dans sa cage, mais ne paniquera plus.
    Pour le nettoyage hebdomadaire de la cage, il y aura aussi un peu de panique, qui disparaîtra aussi quand elle comprendra qu'il n'y a là aussi aucun danger pour elle.

    La nouvelle calopsitte doit rester au calme, pour qu'elle puisse découvrir sa cage, son proche environnement et vos habitudes. Ce n'est que quand elle ne paniquera plus à votre vue ou durant ses soins, qu'on pourra passer à la prochaine étape.

     

    Etape 2: ses premières sorties >>>


    votre commentaire
  • Pré-requis :
    - être disponible pour surveiller l'oiseau
    - la calopsitte s'est bien familiarisé avec son nouvel environnement
    - organiser une aire de jeu, sur la cage ou sur un arbre à jeu (pour focaliser son attention)

    Il faut commencer par sécuriser les lieux :
    - pas de fenêtres ouvertes
    - fermer la porte de la salle
    - écarter tout danger potentiel (chat, bougies, ...)
    - voiler les fenêtres pour les matérialiser, le temps qu'elle apprenne à les reconnaître

    Le grand jour est arrivé ! Ouvrez la porte, coincez la au besoin avec le loquet, reculez, et... observez. Vous pouvez aussi prendre un livre ou autre occupation, mais restez toujours dans la pièce pour réagir au besoin.
    Au début, il se passera sûrement rien. La calopsitte va regarder la porte, peut-être s'en approcher et regarder dehors. Elle va peut-être même s'installer à la porte, à observer attentivement tout ce qui l'entoure. Ne la forcez pas à sortir, elle fera ça à son rythme.
    Quand ça sera l'heure pour elle de rentrer, il vous suffira d'approcher (doucement), elle va reculer dans la cage, et vous n'aurez plus qu'à fermer soigneusement la porte.

    Les jours suivant, vous pourrez retenter, et un jour... elle se décidera pour le grand saut ! Elle pourra le faire de deux façons :
    - grimper sur sa cage pour avoir une meilleur vue
    - s’envoler pour un endroit en hauteur, où elle pourra tout observer en sécurité
    Elle restera sûrement un long moment immobile, tout à son observation, pour commencer que bien après à béqueter son environnement et ses jouets (selon où elle se trouve).

    Si vous voyez qu'elle touche quelque chose qu'elle ne devrait pas (dangereux pour elle ou que vous ne voulez pas qu'elle abîme), faites ''non !'' fermement. De surprise, elle arrêtera, il vous suffira de le répéter si elle s'obstine, jusqu'à ce qu'elle passe à autre chose.
    Au plus tôt elle s'intéressera à son aire de jeu, au mieux vous limiterez les dégâts possible.

     

    Etape 3: c'est l'heure de rentrer >>>


    votre commentaire
  • Ce qui est vrai pour tous les animaux est aussi vrai pour les calopsittes : leur ventre est le meilleur moyen de les apprivoiser. Il n'est pas question de les affamer, mais seulement de faire appelle à leur gourmandise, pour aider à passer outre leur méfiance.

    On va commencer par laisser à leur disposition quelques gourmandises, pour que l'oiseau apprenne à son aise que ça se mange, que c'est bon, et au besoin, comment le dépiauter. Les gourmandises peuvent être des graines de tournesol, du pain (frais ou dur), des feuilles de pissenlit (de votre jardin pour éviter la pollution, et lavé à l'eau), des morceaux de fruits, ...
    Vous leur en proposez, voyez si ça leur plaît ou pas (chaque oiseau a ses préférences), et laissez s'approprier cette nouveauté s'il ne connaissait pas. S'il ne veut pas y toucher, en manger devant lui en faisant mine d'apprécier, est le meilleur moyen de le convaincre que c'est comestible. Si vous avez un autre oiseau qui connaît la gourmandise, il pourra montrer l'exemple à votre place.

    Vous allez maintenant vous munir d'un bâton, en bois d'arbre fruité non traité et non pollué pour être grignoté sans risque, et vous allez de même, le mettre à disposition de l'oiseau. L'objectif est qu'il connaisse le bâton et qu'il ne le craigne pas.
    Une fois qu'il joue avec ou s'en sert comme perchoir, vous allez pouvoir le récupérer, et faire une fente à une extrémité, pour pouvoir y coincer une graine de tournesol. Le bâton ainsi garnit, vous aller l'approcher doucement de l'oiseau. Il va vous regarder, regarder la graine, de nouveau vous regarder puis se saisir délicatement de la graine. Ne bougez surtout pas, pour ne pas l'effrayer, tant qu'il n'a pas pris la graine, et s'il fait mine de s'éloigner, réessayez plus tard.
    Les fois suivantes, il sera moins long à céder à la tentation, et s'approchera même, pour aller à la rencontre du bâton avec sa friandise. Vous allez alors, petit à petit, le laisser venir au vous, au lieu d'aller lui porter la graine là où il était.

    Le bâton étant bien accepté, on va passer à la feuille de pissenlit. Elle a l'avantage d'être assez grande pour être entamé loin de la main, mais de raccourcir avec le grignotage. L'oiseau va attaquer le bout le plus loin de vous, ou... préférer regarder de loin. Il peut mettre du temps à se décider d'approcher, faisant un pas en avant, puis deux en arrière. Soyer patient, mesurez ses progrès à la distance qu'il reste entre vous, et s'il reste indécis, revenez avec le bâton et sa graine de tournesol pour solidifier ses acquis.

    Quand la feuille de pissenlit est bien grignoté, on va passer au morceau de pain, plus petit, donc de suite plus proche de votre main. Si votre oiseau préfère la douceur de la mie, utiliser du pain frais, mais s'il préfère plutôt le craquant de la croûte, le pain dur ira mieux.
    La aussi, soyez patient et immobile, pour que la gourmandise gagne sur l'indécision, et comme toujours, n'hésitez pas à revenir aux autres gourmandises.
    Vous pouvez également échanger le pain contre des morceaux de fruits frais, pour varier les plaisirs.

    Une fois que l'oiseau ne craindra plus de venir grignoter fruit ou pain entre vos doigts, vous pouvez passer à une gourmandise encore plus petite : la graine de tournesol. Plus de bâton cette fois, vous allez la tenir entre le pouce et l'index, laissant la plus grande partie de la graine dépasser. Dès que l'oiseau s'en saisit, ne la retenez pas.
    Quand il aura compris le principe et ne craindra plus le moindre du monde vos doigts, vous pouvez vous amuser à dissimuler un peu plus la graine entre vos doigts, mais sans non plus la retenir dès qu'il la trouve.

    Vous le verrez peut-être aussi récupérer sur vos doigts ou dans votre paume les miettes de pain tombées, lécher le jus des fruits sur vos doigts, ou même encore, commencer à s'intéresser à vos bracelets ou bagues. Vous allez pouvoir passer à la prochaine étape !

     

    Etape 6: monter sur la main >>>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique